réussir la demi pension d'un cheval

Les vrais cavaliers cherchent toujours à avoir leur propre cheval. Cependant, disposer un cheval nécessite un lourd investissement tant au plan financier qu’au plan personnel sur un long terme. C’est un véritable sacrifice pour le cavalier, mais il est possible d’essayer une autre approche plus ou moins profitable/abordable, la demi-pension. Cette alternative consiste à partager avec un propriétaire son cheval et contribuer en partie aux frais. Vous êtes intéressé par cette option ! Voici donc quelques astuces pratiques pour réussir une demi-pension d’un cheval.

Bien murir sa réflexion sur le sujet

Pour vous engager dans la demi-pension, il est nécessaire de vous poser les bonnes questions qui vous amèneront à mieux orienter votre projet. En premier, vous devrez essayer de définir clairement vos objectifs sur la demi-pension cheval, puisque tous les cavaliers ne recherchent pas les mêmes choses. En pratique, pendant que certains cherchent à faire du saut d’obstacles en concours, d’autres souhaitent simplement à avoir un cheval pour leur plaisir et leurs balades.

Ainsi, le coût ne peut donc pas être le même. La demi-pension cheval constitue en réalité la moitié du prix mensuel relatif à la pension et aux soins du cheval. Aussi, il peut y avoir les frais de concours et de vétérinaire qui s’appliqueront selon les clauses contractuelles. Alors, la bonne demi-pension se détermine selon le type de pratique envisagé et le budget que l’on souhaite y consacrer par mois. Ceci vous permettra de monter à cheval plusieurs dans la semaine.

Bien élaborer son contrat

La décision de procéder à la demi-pension cheval est unilatérale certes, sa mise en application est du ressort d’au moins deux personnes. Si vous choisissez de partager le cheval avec un propriétaire et d’assurer les frais connexes avec lui, vous devrez aller à la table de négociations. Ensuite, en fonction de vos objectifs et des pourparlers, vous établirez un contrat pour harmoniser votre collaboration et faciliter le bien-être du cheval. Cette convention entre le propriétaire et le demi-pensionnaire doit être un contrat écrit et durement signé par les différentes parties.

A lire aussi  Quel est le plus beau cheval du monde ?

Ce document retracera les conditions du partage du cheval et les engagements des uns et des autres à respecter et passer le bien-être/épanouissement du cheval avant tout. Le contrat portera sur l’apport de chaque partie dans l’entretien et les soins du cheval, sur la conduite à tenir en cas de soucis (vacances des parties, blessure de l’animal…). La convention se charge également de définir le cadre de la pratique équestre (fréquence des sorties en concours, disciplines autorisées, autorisation des sorties extérieures ou non…). La souscription du cheval à une assurance est aussi envisageable. 

Honorer ses engagements et communiquer

Les contrats de demi-pension cheval sont établis pour faire obligation au chevalier de s’occuper du cheval comme si dernier lui appartenait. En commun accord avec le propriétaire, celui-ci doit veiller au bien-être et à l’épanouissement de cet animal en prenant bien soin. Pour éterniser cette collaboration en demi-pension, le cavalier est tenu de respecter point par point les engagements qu’il a librement pris lors de la conclusion du contrat. Le défaut aux détails relatifs au rythme de sorties et aux soins du cheval peut lui faire perdre sa demi-pension. Le contrat en demi-pension est évolutif, vous pouvez discuter des changements envisagés avec le propriétaire.

Si le dialogue est ce que l’on préconise le plus dans un contrat de demi-pension cheval, la compréhension et l’entente entre les deux parties reste un impératif. C’est vrai, vous devrez entretenir une très bonne relation avec le cheval, mais cela ne pourra pas bien marcher si vous n’établissez pas une meilleure communication avec le propriétaire sur l’éducation de l’animal.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.