rhinopneumonie du cheval

Il est impossible d’avoir raté l’information et une virulente forme de rhinopneumonie du cheval sème le trouble dans la filière équine. Qu’est-ce donc la rhinopneumonie du cheval et que faire face à la capacité de contamination de ce virus ?

Encore appelé Herpès Virus Equine, la rhinopneumonie cheval est une infection virale extrêmement contagieuse et qui est due à un herpès virus. Près de 65% de chevaux sont porteurs de ce virus. Ce virus a la particularité de la dormance. Les chevaux porteurs de ce virus ne montrent généralement aucun signe clinique.

rhinopneumonie du cheval

Mais en cas de réactivation de l’infection, le virus peut être excrété et contaminé d’autres. Et cette réactivation se fait souvent, au moment d’un gros stress ou d’une période de grande fatigue. Chez le cheval, on retrouve deux grandes espèces d’herpès virus, le EHV-1et le EHV-4.

Quels sont les symptômes de la rhinopneumonie du cheval ?

Il est évident qu’il existe de grands types de symptômes de rhinopneumonie chez le cheval, mais ils peuvent être variables d’un animal à un autre. Chez les chevaux adultes, l’infection peut être banale et passer inaperçue, là où les jeunes peuvent avoir d’énormes difficultés à respirer.

Comme pour la plupart des infections d’origine virale, l’élévation de la température du cheval peut être un signe d’alerte. La température de l’animal peut monter jusqu’à 41°C en cas de rhinopneumonie. La baisse de l’appétit, la toux, le gonflement des membres, des jetages au niveau des naseaux, la fatigue sont des signes qui peuvent révéler que votre cheval souffre d’une rhinopneumonie cheval.

A lire aussi  Comment se passe la reproduction de chevaux ?

Avant l’apparition des signes externes, l’infection a lieu 2 à 10 jours.  Les symptômes peuvent perdurer un long moment après le rétablissement des chevaux.

Les différentes formes de rhinopneumonie chez le cheval

Maladie virale, causée par un virus de type herpès, elle est regroupée le plus souvent avec la grippe équine, sous l’appellation de viroses respiratoires. La rhinopneumonie du cheval provoque trois formes de maladie, chez l’animal.

La forme respiratoire

La rhinopneumonie sous forme respiratoire se manifeste souvent par un syndrome grippal, avec fièvre, jetage, larmoiements, éternuements toux sèche, ébrouements. A l’arrivée de ces signes, on remarque une perte d’appétit, des difficultés respiratoires et de la fatigue chez l’animal.

Parfois, ces symptômes sont bien plus frustes, plus discrets comme une grippe, mais plus bénignes chez les chevaux vaccinés.

Forme abortive

La rhinopneumonie abortive est souvent due aux virus EHV1 et EHV4. Elle provoque l’avortement chez les juments en fin de gestation, sans signes avant-coureurs. Si le poulain avorté suivit, il fait au plus deux à trois jours et devient une véritable source de contagion pour le reste de l’effectif.

Forme neurologique

Souvent due à la privation d’oxygène des neurones, les signes de la rhinopneumonie neurologique varient d’un cheval à un autre. A l’atteinte de cette frome de rhinopneumonie, le cheval meurt rapidement, s’il ne fait l’objet de soins intensifs.

Les causes de la rhinopneumonie

Pendant l’hiver, l’organisme équin est souvent soumis à de rudes épreuves, laissant parfois une porte ouverte aux infections opportunes. En périodes froides, on observe le plus de pathologies respiratoires chez les chevaux et surtout lors de la manifestation équestre, ou lorsqu’un grand nombre de chevaux sont rassemblés à un même endroit.

A lire aussi  Tout savoir sur le cheval albinos

Ce virus se transmet par voies aériennes ou soit par contact direct avec les sécrétions respiratoires d’un cheval infecté ou indirectement par du matériel infecté. Et lorsqu’un cheval est contaminé, le virus se multiplie dans les voies aériennes et donne une allure de rhinopharyngite et de la trachéobronchite accompagnées de fièvre, de toux et de baisse de performance.

Contrairement à l’herpès virus de type 4, qui reste généralement au niveau des voies respiratoires, celui de type 1 se dissémine dans le reste de l’organisme équin par le sang ou par voie nerveuse.

Comment prévenir la rhinopneumonie chez le cheval ?

Il n’existe pas de traitement spécifique, pour en finir avec la rhinopneumonie du cheval. Mais le traitement est symptomatique et vise à soutenir les grandes fonctions à éviter. Il convient donc d’isoler les chevaux atteints, ceux suspectés et ceux ayant été en contact avec le ou les chevaux atteints.

Il faut mettre en place un circuit de soins et des mesures d’hygiène globales pour le personnel et pour le matériel. La vaccination des chevaux en bonne santé n’ayant pas été en contact direct avec des foyers suspects et dont le rappel vaccinal remonte à plus de 6 mois est importante.

Aussi, les chevaux non vaccinés et exposés ou non peuvent être vaccinés.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *